Ville de Paris – Émergences. Passio imaginis Saluatoris

L’édition critique de l’archétype de la Passio imaginis Saluatoris, et de ses autres versions, est prévue pour le printemps 2021 dans le Corpus Christianorum (Brepols). Le projet financé par la Ville de Paris – Émergences sur une période de quatre ans (2018-2022) comporte deux volets.

1. Édition de l’archétype

La Passio imaginis Saluatoris (BHL 4227, 4230, 4228, 4229) est un texte dont la transmission liturgique de plus en plus abondante à partir du Xe siècle reste à écrire. La version la mieux connue (BHL 4227) est extraite de la traduction latine des Actes qu’Anastase le Bibliothécaire présenta en 873 à Jean VIII, traduction dont nous disposons aujourd’hui encore de l’exemplaire contemporain d’Hincmar de Reims (avant 882).

Paris, Bibliothèque nationale de France, Lat. 740, fol. 127r.

Plusieurs témoins liturgiques, dont l’un des plus anciens est un lectionnaire du Xe siècle en provenance de Saint-Martial de Limoges, transcrivent maladroitement le petit préambule administratif qui la précède dans les Actes et qui, une fois extrait de son contexte d’origine, atteste de sa filiation. Un autre témoin français, cette fois un regroupement de cahiers du XIe siècle constitués par Adhémar de Chabannes (vers 988-1034), fournit ensuite la plus ancienne mention de la date liturgique, le 5 ides de novembre (9 novembre), et des parties principales de la messe célébrée à l’occasion de la commémoration ; des éléments qui, appartenant au répertoire ancien de l’antiphonaire romain, mènent à Rome où ils sont donnés à nouveau, deux ou trois générations plus tard, au tournant du XIe siècle, par l’antiphonaire de la messe de Saint-Jean de Latran.

Paris, Bibliothèque nationale de France, Lat. 3784, fol. 114r.

L’église abbatiale du Saint-Martial était dédiée au Sauveur, tout comme la basilique Saint-Jean. De nombreux manuscrits liturgiques de l’abbaye témoignent d’ailleurs, bien avant la réforme grégorienne du xie siècle, du lien qu’entretenaient les moines de Saint-Martial avec la basilique romaine. Les deux manuscrits de Limoges proposent des variantes de lecture qui les rapprochent de deux légendiers du XIe siècle, les Tomes ix et xix de la Biblioteca Vallicelliana. Copiés dans l’aire bénéventaine, ils renvoient en Italie où les moines du Mont-Cassin assuraient encore la liturgie de Saint-Jean de Latran.

Le petit préambule coupé des Actes connaît dès le XIe siècle un développement narratif remarquable (BHL 4228 et BHL 4229). Mais il existe une autre version courte (BHL 4230) qui, dépourvue du préambule, suggère la circulation ancienne d’une deuxième interprétation. La datation de cette seconde traduction devrait nous mettre sur le sentier ad fontes, aux sources écrites de la lecture liturgique.

Avranches, Bibliothèque municipale, 86, fol. 123v-124r.

La version concurrente (BHL 4230) franchit également les Alpes et connaît, dès le XIe siècle, un accueil remarqué dans le nord de la France ; c’est de loin le texte le mieux diffusé. Si son contexte est souvent extra-liturgique, voire littéraire, nous disposons pourtant d’un petit nombre de manuscrits anciens et liturgiques de provenance italienne et notamment romaine, la rapprochant ainsi du chef-lieu de la Passio imaginis Saluatoris, i.e. le chapitre de Saint-Jean de Latran.

Des variantes d’interprétation, dont un petit nombre semble puiser directement dans la version grecque utilisée par Anastase le Bibliothécaire (BHL 4227), traversent le texte. Or, il existait à Rome une traduction latine des Actes de Nicée II, mise au point dès le retour dans la Ville de ceux qui avaient été envoyés au concile. Elle fit scandale au concile de Francfort réuni par Charlemagne en 794 et fut par la suite remplacée par celle d’Anastase le Bibliothécaire. Il est possible que l’archétype de la version concurrente (BHL 4230) soit un vestige de la traduction perdue d’Adrien.

Cette hypothèse s’appuie sur la faible réception de l’ancienne traduction des Actes en dehors de la ville de Rome, lieu privilégié de conservation.

La version latine primitive sort peu à peu de la pénombre. Deux manuscrits romains du XIIe siècle sont connus de tous. Il s’agit de l’Alias C de l’Archivio capitolare Lateranense (A 80), utilisé par De Azevedo pour son Vetus Missale romanum monasticum Lateranense (1752), et du manuscrit Lat. 1192 de la Biblioteca apostolica. Tardifs, il s’agit de lectionnaires ou de fragments de lectionnaire provenant du chapitre même de Saint-Jean de Latran. Un troisième, l’Alias D, cette fois de l’Archivio capitolare di San Pietro (A 5), est également un lectionnaire, du XIe siècle. De même que deux témoins de l’Archivio capitolare de Spoleto, du XIIe siècle, ces livres liturgiques d’une taille imposante placent la lecture de notre texte au cinq des ides de novembre, date de la Dédicace de Saint-Jean de Latran (9 novembre).

London, British Library, Add. 16415, fol. 2r.

La confrontation des témoins conservés dans des diverses bibliothèques devrait alors permettre de mieux cerner le moment pivot. Deux manuscrits anciens doivent être considérés. L’un, du XIe siècle, aujourd’hui à la Biblioteca universitaria de Bologna, provient de l’ancienne abbaye bénédictine de Nonantola. Il s’agit d’un cahier hagiographique intercalé entre un ancien légendier et un fragment de lectionnaire de la messe de l’abbaye. Sans date liturgique, il propose le texte comme une homélie. L’autre, un livret hagiographique d’origine inconnue conservé à la British Library, ne comporte pas de titre. Il pourrait bien dater du Xe siècle. Avec ces deux témoins, dépourvus de lien avec Saint-Jean de Latran, nous approchons peut-être de la source.

2. Enquête sur le dossier liturgique du Lucques

Lucca, Biblioteca Capitolare Feliniana, P+, fol. 132r.

Le 6 octobre 1070, en présence de dignitaires ecclésiastiques et de la comtesse Mathilde de Toscane, le pape Alexandre II procéda à la dédicace de la cathédrale Saint-Martin de Lucques. Le lectionnaire P✝ de la Biblioteca capitolare Feliniana, confectionné aux alentours de 1135-1140 pour les chanoines de la cathédrale, garde le souvenir de cet événement, qui marqua l’aboutissement de la réforme entamée une génération avant à Saint-Frigdien, en transmettant un sermon prononcé à l’occasion des festivités.

Depuis les années 1040, la réforme des institutions religieuses de la région avait pris forme. À Rome comme ailleurs, les chanoines de Saint-Frigdien furent le premier appui du pape dans sa volonté d’imposer une vie régulière et ils remplacèrent à terme les moines du Mont-Cassin et de Cluny. À la différence des bénédictins, respectueux des traditions locales, les chanoines imposèrent partout la liturgie de Saint-Jean, et avec elle la fête de sa dédicace.

Liège, Bibliothèque générale de philosophie et des lettres, 345, fol. 169r.

Ce fut un premier pas vers l’unification de la liturgie. Jusqu’alors la propagation de la Passio imaginis Saluatoris était liée au rythme des fondations d’églises dédiées au Sauveur. Désormais, cette propagation se détacha d’une présence locale et fit référence à la commémoration de la dédicace de l’église mère, l’ecclesia mater de l’Église universelle, c’est-à-dire la basilique Saint-Jean de Latran.

Les chanoines apportèrent d’autres textes accusatoires qui furent associés à la lecture liturgique de la Passio imaginis Saluatoris (BHL 4231 ; BVM 808 ; BVM 858 ; BVM 696). Le fait de lier (ligare) dans un même recueil des textes afin de les lire ensemble (col-legere) est un élément important vers la genèse d’un amalgame accusatoire.

L’enquête, à Rome, sur la constitution d’un tel dossier liturgique en usage à Saint-Jean de Latran devrait permettre de mieux connaître le rôle joué par les chanoines venus de Lucques dans le renouveau liturgique qu’a connu la basilique constantinienne entre 1100 et 1200.

Dijon, Bibliothèque municipale, 641, fol. 47v.

Ce dossier, transmis par une dizaine de manuscrits romains, franchit aussi les Alpes par la Via francigena. L’acheminement des textes vers les monastères du Nord par l’ancienne voie militaire impliquait des relations entre monastères mais aussi entre des personnes de pouvoir. Ide de Boulogne, comtesse de Lorraine, et Mathilde, comtesse de Toscane, liées par le mariage de leurs parents, présentes à Canossa, furent des correspondantes et soutiens de deux Anselme, l’un auteur du Cur Deus homo, l’autre réformateur de Saint-Frigdien de Lucques et futur pape Alexandre II.

Valencienns, Bibliothèque municipale, 99, fol. 1v.

Dans ce mélange de parenté, de liaison et de politique, la distribution dans un contexte marial du libellus liturgique de Saint-Jean de Latran se perd quelques part dans le quotidien des armées, des chevaliers et des croisés. Elle permet pourtant la continuité de l’accusation une fois que plus personne ne se souvenait de sa lecture liturgique pour la Dédicace de Saint-Jean de Latran. Repris par les collections de miracles de la Vierge du XIIe siècle, puis par les légendiers universitaires et les compilations d’exempla à l’usage des prédicateurs du XIIIe siècle, le texte finit détaché de son contexte liturgique comme une courte narration donnée comme véridique, destinée à être inséré dans un discours édifiant ; il s’agit dès lors d’un lieu devenu commun.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.