Colloque international

Histoire et transmission de la Passio imaginis Saluatoris

IRHT-CNRS / Émergences – 23-24 février 2021

Un colloque international est programmé les 23 et 24 février 2021 dans le cadre du projet d’édition de la Passio imaginis Saluatoris, première réitération de l’accusation de déicide.

Programme prévisionnel

1. L’Orient

Premiers textes VIe-VIIIe siècles

Le silence des historiens grecs et latins, tout comme l’absence de commentaires dans les relations de pèlerins de l’époque précédant le concile de Nicée II (VIe-VIIIe siècles), est remarquable. La critique d’attribution demande d’enquêter à nouveau sur la mise en circulation d’autres textes accusatoires dans le monde grec.

Vincent DÉROCHE, Centre d’histoire et civilisation de Byzance, CNRS / Collège de France

Les dossiers ante-préparatoires grecs VIIIe-XIIIe siècles

La question de la langue de l’auteur (grecque ou bien latine), tout comme le lieu de sa rédaction (Byzance ou Rome), peut être éclairée par la distribution des dossiers préparés par les iconophiles grecs une génération avant l’ouverture du concile. Plusieurs témoins nous sont parvenus, dont deux transmettent également une version grecque de la Passio imaginis Saluatoris. Repris par le concile de Lyon (1274), ses ante-préparatoires ont connu une transmission à part, non liturgique mais juridique (canonique).

Alexandros ALEXAKIS, Philologie grecque médiévale et moderne, Université d’Ioannina

L’image et répétition. L’argument accusatoire VIIIe-IXe siècles

L’accusation d’un deuxième déicide à travers la mutilation d’une icône réactualise l’accusation initiale d’une manière dramatique (effusion du sang, guérison des malades, conversion de la communauté et dédicace de la synagogue au Sauveur). Or l’argument accusatoire semble bel et bien être un argument de rhétorique dans une bataille idéologique pour le culte des images.

La variante d’Alexandrie. Le texte copte du pseudo-Cyrille IXe siècle

Écrit dans la langue vernaculaire d’Athanase d’Alexandrie, le texte copte du pseudo-Cyrille transmet une variante locale qui place l’accusation d’une réitération de déicide à Alexandrie, le chef-lieu de l’auteur présumé de la Passio imaginis Salvatoris. Rédigée par des Coptes qui voulurent s’égaler aux Grecs dans une Egypte qui voulut rivaliser avec la Syrie, la réception copte nous renseigne sur le dédoublement des témoins.

Les lieux de mémoire. L’histoire ecclésiastique de Beyrouth à Venise Xe-XVIe siècles

L’icône dite de la Crucifixion de Beyrouth, que Jean Ier Tzimiskès introduisit à Constantinople (et qui selon l’empereur ne portait pas de signe de souffrance), n’a pas survécu mais Nicéphore Phocas rapporta en 962 de la Syrie une ampoule du sang coulé de l’icône dite de Beyrouth et la plaça à l’église des Toussaints à Constantinople. Plus tard, les Vénitiens l’apportèrent avec eux. Le transfert entre la Syrie et Byzance des reliques relevant du récit de la Passio imaginis Salvatoris exige un retour à Beyrouth pour enquêter sur les fondations des églises et sur les lieux de mémoire.

La transmission grecque Xe-XVIIIe siècles

À partir du Xe siècle, le monde byzantin a connu une tradition philologique propre de la Passio imaginis Saluatoris transmise dans un cadre liturgique et homilétique. L’interprétation de cette voie parallèle, grecque, ancienne comme récente, est importante pour une meilleure appréhension de la prospérité du texte.

István BUGÁR, Institut de philologie, Université de Debrecen

2. L’occident

Les dédicaces lombardes au Saint-Sauveur VIIIe-XIe siècles

La propagation de la Passio imaginis Salvatoris était liée, dans un premier temps, au rythme des fondations d’églises dédiées au Sauveur. Dès l’époque lombarde, un grand nombre d’églises cathédrales et monastiques furent dédiée au Saint Sauveur, notamment en Ombrie et en Toscane. La recherche sur les fondations lombardes peut nous fournir des indices d’une origine antérieure à l’introduction de la lecture liturgique à Rome.

Les usages liturgiques. Saint-Jean de Latran, moines et chanoines
Xe-XIIe siècles

Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 27.1, fol. 39r.

Avant l’an 1000, la Passio imaginis Saluatoris fut extraite des Actes du concile pour servir à la lecture de la Dédicace de Saint-Jean de Latran (9 novembre). La revue des témoins liturgiques (calendriers, martyrologes, antiphonaires, lectionnaires de la messe, de l’office etc.) donne la clef à la compréhension que les moines puis chanoines en charge de la liturgie de la basilique romaine avaient de sa lecture.

Niek THATE, IRHT / CNRS

Le dossier du Volto Santo et le culte du vrai sang du Christ XIe-XVe siècles

Troyes, Médiathèque du Grand Troyes, 1876, fol. 89r.

Le texte de la Passio imaginis Saluatoris sera considérablement augmenté au tournant du XIe siècle (introduction d’un concile à Césarée, attribution de l’icône à Nicodème, archéologie des ampoules, anathème etc.). Fruit du renouveau liturgique entamé par les chanoines sous la papauté d’Alexandre II, cette seconde lecture liturgique se situe au temps de l’avènement du culte du vrai sang du Christ. Diffusée rapidement au-delà les Alpes en suivant l’implantation dans le Nord des communautés de marchands et de banquiers de Lucca, elle accompagne la fondation des confréries du Volto Santo.

Michele FERRARI, Lateinische Philologie des Mittelalters und der Neuzeit, Institut für Alte Sprachen, Friedrich-Alexander Universität Erlangen

Le libellus liturgique de Lucca XIe-XVe siècles

Göttweig, Benediktinerstift, Cod. 106 (rot) 50 (schwarz), fol. 36r.

Les chanoines de Lucca ont joué un rôle important dans l’unification de la liturgie en Occident. D’abord appelés à Rome pour reprendre en main la liturgie de Saint-Jean de Latran, ils seront par la suite l’appui de pointe du pape dans l’imposition d’une vie commune, à Rome, à Sienne puis ailleurs. Les chanoines amènent avec eux d’autres textes accusatoires encore qui seront liés à la lecture liturgique de la Passio imaginis Saluatoris, un élément important vers la genèse d’un amalgame accusatoire.

[Projet Émergences]

Le dossier iconographique XIIe-XIVe siècles

Siena, Pinacoteca Nazionale di Siena, Maestro di Tressa.

À partir de la fin du XIIe siècle, on commence à représenter la scène de la deuxième crucifixion en image, notamment sur des miniatures et des peintures sur tableau. Autrement que dans la tradition byzantine, les artistes occidentaux attribue à l’icône blessée de Beyrouth l’aspect d’un crucifix sculpté ou peint. Cela donne forme à une des premières « images dans l’image », associée à la diffusion de la fête liturgique de la « Passio imaginis ». Cette intervention décrit les transformations et modifications de cette représentation jusqu’à l’époque moderne et en analyse les relations avec des typologies d’images, comme les « Majestats », qui ont été associées au culte du Sauveur de Beyrouth.

Michele BACCI, Histoire de l’art médiéval, Université de Fribourg (Suisse)

Les textes accusatoires en France, en Catalogne et en Angleterre XIIe-XVIe siècles

La Passio imaginis Salvatoris est un texte à charge d’une affaire pour laquelle nous ne disposons pas d’autres témoins : un témoin unique. Or, dès le début du XIIe siècle, à l’avènement dans le Nord du culte de la Vierge, d’autres accusations portant sur l’infanticide gagnent rapidement l’Europe. La circulation de plusieurs collages écrits place l’historien ainsi devant la critique de la répétition.

Les outils de prédicateur XIIIe-XIVe siècles

Dès le début de l’Université, les auteurs des manuels scolairesont isolé des textes, ou des extraits de textes, de leur contexte conventionnel pour les rassembler dans un nouveau cadre manuscrit, afin de mettre à la disposition des prédicateurs de la matière à prêcher. Plus qu’un simple regroupement, le nivellement des genres implique la simplification de la tradition et de ce fait, sa vulgarisation. Parmi les textes sollicités, des abrégés de la Passio imaginis Salvatoris réapparaissent. Transmis dès lors par des sommes de saints et des compilations d’exempla, l’accusation fit désormais partie des légendes.

3. Critique d’érudition de la Passio imaginis Salvatoris XVIe-XXe siècles

La critique d’attribution de Baronius. Le doute dans la Contre-Réforme XVIe siècle

Cesare Baronio fut le premier à remettre en question, dans ses Annales (composées entre 1588 et 1593), l’attribution du texte à Athanase d’Alexandrie. Dans l’Italie de la Contre-Réforme, une vive dispute s’ensuit remettant la réception du texte dans un contexte savante des Humanistes.

Le corpus des Mauristes XVIIe siècle

Les Bénédictins de la congrégation des Mauristes reprennent plusieurs versions, grecques et latines, de la Passio imaginis Salvatoris pour le deuxième tome des Opera omnia d’Athanase d’Alexandrie, gardant ainsi le fil de la transmission de l’accusation grâce à un projet éditorial de grand prestige. Classée parmi les spuria, le renouveau est dès lors assuré par une communauté d’initiés.

Les Bollandistes de Papenbroch à Delehaye XVIIe-XXe siècles

Si les Pères Jésuites d’Anvers ont relayé, au XVIe siècle, maints textes accusatoires, la relève de la nouvelle génération des Bollandistes fut le premier, au début du XXe siècle, à récuser, dans un contexte historique d’un conservatisme romain, la tradition accusatoire de l’Eglise. Le refus d’insérer la Passio imaginis Salvatoris dans le tome de Novembre des Acta Sanctorum annonce alors une nouvelle ère.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.